Cob

Cabane de Cob à Saint-Ambroise-de-Kildare, Québec.

Les maisons en cob, avec leurs courbes inusitées et fantaisistes semblent parfois toutes droit sorties d’un rêve. Confortables, abordables et très écologiques, ces maisons sont pourtant une alternative tout à fait viable aux maisons conventionnelles.

 

Qu'est-ce que le cob ?
Le mot « cob » tire son origine dans un ancien mot anglais qui signifie « motte » ou « bosse ».  Le cob est un mélange d’argile, de sable, de paille et d’eau. Ce mélange permet d’ériger des murs porteurs qui n’ont nul besoin d’une autre structure : on construit donc en cob sans coffrages et sans charpente.

Historique
La terre compte parmi les matériaux de construction les plus anciens sur la planète. On croit d’ailleurs que les premiers humains auraient construit leurs demeures en torchis, soit de la terre mélangée à des fibres animales ou végétales. Bien que la date exacte de l’invention du cob soit incertaine, on sait que des maisons en cob ont été construites dès le 13e siècle en Grande-Bretagne. Là-bas, la construction en cob est demeurée pratique courante jusqu’aux débuts de l’ère industrielle.

En Amérique du Nord, on ne voit pas apparaître de bâtiments en cob avant le milieu des années 1800 et déjà  à cette époque, le cob est rarissime. Ce n’est que beaucoup plus tard, soit pendant les années 1980, qu’un mouvement se crée de notre côté de l’Atlantique, plus précisément dans l’état de l’Oregon, pour diffuser de l’information sur la construction en cob. La Cob Cottage Company est toujours une référence incontournable sur le sujet.

Au Canada, la plupart des maisons en cob sont situées en Colombie-Britannique. Récemment, l’écovillage O.U.R., situé sur l’île de Vancouver, a obtenu les permis nécessaires à la construction de plusieurs habitations en cob.

Au Québec, le groupe Terrabâtir fait la promotion du cob depuis quelques années. Découvrez à la page suivante l’expérience de Jean-François Ng, constructeur d’une cabane en cob à Saint-Ambroise-de-Kildare.

 

Pourquoi construire en cob ?
Les avantages de la construction en cob sont nombreux : une maison en cob est respectueuse de l’environnement, confortable et très accessible.

L’importance des matériaux
Les murs de cob sont impressionnants, avec leur épaisseur d’un à deux pieds, voire plus. On pourrait croire que ces murs faits en partie d’argile vont ni plus ni moins « fondre » sous la pluie. Rassurez-vous, ce n’est pas le cas ! Grâce à la grande porosité du matériau et à d’imposants débords de toit, les murs en cob supportent très bien les assauts de Dame Nature

Ce qui rend les maisons en cob si écologiques, c’est qu’elles sont construites avec des matériaux sains et locaux. L’argile peut provenir du terrain même où l’on construit, la paille d’un proche voisin, etc. Par opposition, les matériaux de construction traditionnels ont souvent une forte énergie intrinsèque, en plus d’être composés de ressources non renouvelables, comme les dérivés pétroliers. De plus, les matériaux naturels ne dégagent pas de composés organiques volatils (COV), des polluants néfastes tant pour l’environnement que pour la santé. La capacité des murs de cob à régulariser l’humidité relative est un autre facteur qui contribue à une bonne qualité d’air pour les occupants de ces maisons.

Inertie thermique ou résistance thermique ?
Les principes de l’inertie thermique (ou masse thermique) et de la résistance thermique (exprimée par la valeur R) sont diamétralement opposés. Les isolants sont des matériaux légers et peu conducteurs. De ce fait, ils résistent au passage de la chaleur, confinant cette dernière à l’intérieur en hiver et à l’extérieur en été.

Inversement, les matériaux qui forment la masse thermique (béton, béton de chanvre, cob) sont lourds et absorbent et emmagasinent la chaleur. Ils la diffusent ensuite lentement, pendant une longue période. De cette manière, la masse thermique absorbe la chaleur du soleil au cours de la journée et la diffuse dans l’habitation tout au long de la nuit.

D’épais murs de cob offrent donc une résistance thermique relativement faible. Cela ne signifie pas pour autant que ces maisons sont difficiles à chauffer, mais dans un climat comme le nôtre, où les températures sont parfois très basses, il faut tenir compte de cette faiblesse. Des stratégies efficaces : installer des fenêtres performantes, bien isoler la toiture et surtout construire une maison de petite dimension selon les principes du solaire passif.

Rentabilité
Parce qu’elles sont construites à base de matériaux locaux et peu dispendieux, les maisons de cob sont très abordables. Réalisées le plus souvent en autoconstruction, elles permettent d’éviter les importantes dépenses liées à la main d’œuvre dans la construction conventionnelle.  La machinerie nécessaire est également réduite au minimum. La fabrication du cob est conviviale : si vous êtes en bon nombre le mélange de cob se fait avec les mains et les pieds des participants. Si on est peu nombreux, on peut aussi épargner temps et sueur en utilisant un petit appareil à labourer.

Si vous souhaitez mettre la main à la pâte, sachez que les ateliers sur la construction en cob sont aujourd’hui de plus en plus répandus.

Page suivante  > Le témoignage d'un autoconstructeur !

Pour en savoir plus
Sur Internet :

En librairie :

  • Evans, Ianto, Michael Smith et Linda Smiley. The Hand Sculpted House, A Practical and Philosophical Guide to Building a Cob Cottage. Chelsea Green Publishing, 2002.

Navigation

À propos La Ruche Découvrez Formation ÉcoEntrepreneur
Mission Posez une question Bois cordé Nos formations Programme d’accréditation ÉcoEntrepreneur
Historique   Chanvre    
Conseil d'administration   Cob    
Équipe   Earthship    
Rapport d'activités   Enduits à la chaux    
Contact   Paille    
    Permaculture