Les enduits à la chaux

Les enduits à la chaux sont écologiques, antiallergiques, antistatiques, antifongiques, esthétiques. Il n'est pas nécessaire d'attendre un projet de nouvelle maison pour en profiter. Vous pouvez l'envisager si l'un des occupants manifeste de l'asthme ou une allergie respiratoire ou simplement si des rénovations sont envisagées pour une chambre ou une salle de bains.

 

Historique
La chaux a été, jusqu'à la révolution industrielle, le principal liant (mortier) de la construction. Son utilisation en tant que liant dans l'industrie de la construction, si abondante autrefois, a beaucoup diminué depuis l'invention du ciment Portland. Les plus anciennes utilisations de la chaux sont datées du VIème siècle av. J.-C.

La chaux a été incorporée dans les mortiers, dans les peintures, dans les badigeons et dans les fresques. Elle a assuré la solidité des édifices et des constructions antiques. Elle a été à la base des ouvrages romains et en a assuré la longévité, notamment celle des aqueducs.

La chaux d'Amérique est aussi millénaire! En 3000 av. J.-C., l'Amérique précolombienne calcinait des coquillages pour former une chaux, qui était mélangée avec du sable et des gravillons. Le tout formait des mortiers remarquables; le mortier de Mexico, très dur, a longtemps été utilisé en tant que ciment et était efficace pour de grands ouvrages.

Or, la facilité de mise en oeuvre des ciments industriels, ainsi que les capacités de transport ont amené la quasi-disparition de la chaux des ouvrages de construction. Pourtant, elle offre des qualités uniques, dont il est toujours possible de profiter.


Qu'est-ce que la chaux ?
Quatre processus sont nécessaires à l’obtention de la chaux :

  • La calcination
  • L'extinction
  • Le gâchage du mortier
  • La carbonatation

La calcination
La chaux est obtenue par la cuisson de pierre calcaire, la réaction est appelée « calcination » : CaCO3 + chaleur = CaO + CO2

La calcination est donc le chauffage d'une roche calcaire à une température d'environ 900°C. Ce processus semble pollueur en termes de gaz à effet de serre, mais en fait il l'est beaucoup moins que le ciment Portland, dont la calcination s'effectue à plus de 1500°C et dégage nettement plus de gaz à effet de serre. Après la calcination, la chaux présente sa forme la plus dangereuse alors qu'elle est avide d'eau : la chaux vive ou l'oxyde de calcium. La chaux vive brûle tout corps organique avec laquelle elle entre en contact.

L’extinction
L'extinction, aussi appelée hydratation produit une forme hydratée, beaucoup moins dangereuse à manipuler. CaO + H2O = Ca(OH)2

Le gâchage du mortier
Le gâchage ou mise en oeuvre du mortier démarre le processus chimique naturel de la chaux éteinte qui reprend son gaz carbonique pour durcir et redevenir la pierre calcaire (CaCO3) qu'elle était à l'origine. Pour ce faire, elle doit être complètement hydratée avec de l'eau (H2O). Chaque particule doit se développer et s'ouvrir dans l'eau pendant une période allant de 3 semaines jusqu'à 3 mois.

La carbonatation
La carbonatation est la réaction qui fait durcir l'enduit de chaux. Cette réaction est très lente (de plusieurs mois à plusieurs années), et se fait en milieu humide où la vapeur d'eau contenue dans l'air ambiant réagit avec le gaz carbonique (CO2) pour former un acide carbonique (HCO3-). La chaux fixe cet acide et se transforme en pierre calcaire, son état original avant la calcination. L'incorporation de pouzzolane (roche volcanique) ou de brique pilée au mortier pour accélérer la carbonatation et améliorer la cristallisation et le durcissement est une technique millénaire efficace.

Les types de chaux
On peut distinguer trois types de chaux : aérienne, semi-hydraulique et hydraulique.

Chaux aérienne
C'est la plus pure et la plus commune. Elle contient le plus haut ratio d'oxyde de calcium (CaO) versus silicates et aluminates. Elle ne prend pas dans l'eau. En contact avec le CO2 elle se retransforme en carbonate de calcium (CaCO3).

La chaux aérienne a naturellement une profondeur et une transparence dont on peut tirer parti. L'ajout de pigments naturels bien choisis lui apporte velouté, matité et reflets nuancés. Selon les techniques, elle peut être lustrée avec une spatule en métal, en plastique, avec du savon noir, une cire, une huile de lin… Elle est utilisée aussi pour les fresques (ex. : Michel-Ange à la chapelle Sixtine).

Chaux semi-hydraulique
Elle contient moins de CaO mais contient une quantité suffisante de silicates et d'aluminates (jusqu'à 15 %) pour lui conférer des propriétés faiblement hydrauliques. Elle durcit en quelques semaines en présence d'eau.

Chaux hydraulique
Le durcissement se fait en la seule présence de vapeur d'eau ou encore sous l'eau. Cette réaction est le produit de l'hydratation des silicates et aluminates. La chaux fortement hydraulique naturelle a des propriétés semblables au ciment Portland. La prise est toutefois plus longue que les 28 jours du ciment.

 

Pourquoi utiliser les enduits naturels ?
Avantages santé

  • Ne contiennent aucun formaldéhyde ou autre produit allergène.
  • Propriétés antistatiques, minimisant la quantité de poussière et le développement des acariens.
  • Contrôleurs hygroscopiques naturels, antifongiques, efficacité hypoallergique dans les endroits humides.
  • Indiqués pour les habitations des personnes hypersensibles.

Avantages écologiques

  • Ne contiennent aucun produit de synthèse.
  • Nécessitent moins d'énergie à produire que le ciment.
  • La chaux absorbe du CO2 lors de sa carbonatation, donc agit comme puits de gaz à effet de serre.
  • Se composte sans difficulté (sauf si présence d’éléments synthétiques).

Les inconvénients

  • La mise en oeuvre de la chaux requiert une bonne dextérité ainsi que la connaissance de cette matière.
  • Une formation adéquate s'impose et, au Québec, les formateurs compétents ne sont pas nombreux.
  • Bien qu’il soit possible d'engager un artisan, les coûts reflètent l'expertise requise et le temps de mise en oeuvre.

 

Les enduits intérieurs
Enduit brossé/taloché
Ce type d'enduit donne un fini rugueux, avec des grains de sable apparents. Une variété de finis est possible selon l'outil utilisé (éponge de maçon, brosse dure, taloche, peigne).

Enduit recoupé (sur mur de chanvre seulement)
Fait avec un mélange de chaux et d'agrégats fins, cet enduit s'applique en une couche très mince.

On laisse carbonater de 15 à 30 minutes pour ensuite recouper la matière. Cette opération consiste à enlever une partie de la matière déposée initialement, afin de mettre en valeur le support (coffrage chanvre). On passe ensuite une éponge humide pour mettre en évidence les paillettes du support, puis on serre la chaux qui reste avec un outil métallique. Le résultat est un enduit d'aspect rustique et de couleur nuancée.

Peintures à la chaux
Ces peintures sont totalement minérales. Elles sont utilisées sur des supports encore frais (a fresco) ou à sec (a secco). Dans ce dernier cas, le support doit être largement humidifié ou la peinture adjuvantée (avec un fixateur). Elles ont un rôle bactéricide, et sont appropriées dans les endroits humides.

À l'extérieur, elles décorent les façades et protègent efficacement les supports de maçonnerie brute (béton, brique, terre).

Enduit fin, ferré et serré
Cet enduit s'apparente au stuc, mais avec moins de brillance et est un peu moins lisse au toucher. On le lisse avec un outil métallique, comme langue de chat ou une lisseuse.

Enduit de chanvre (sur support d'argile, de chaux ou de ciment)
Le chanvre remplace entièrement les charges d'agrégats et offre un aspect rustique à cause des paillettes de chanvre. La finition est préférablement serrée et ferrée avec un outil métallique, ce qui donne une surface lisse et résistante.

Stucs
Les stucs forment une famille d'enduits en soit. Ils sont constitués de charges très fines (000/0-1mm) et leur finition est lisse et brillante.

La mise en oeuvre se réalise en trois couches ou plus, frais sur frais. À chaque couche, la charge doit être de plus en plus fine et plus riche en chaux. L'impact d'une pigmentation judicieuse peut être très saisissant par son effet de profondeur.

Tadelakt
Le tadelakt est une technique d'origine marocaine qui a été adaptée au Québec. Cet enduit est d'une telle finesse que sa texture haut de gamme rappelle celle du marbre. Il convient pour l'intérieur et pour les milieux très humides tels les douches et les murs près des lavabos.

Le tadelakt québécois est un enduit composé de chaux et de poudre de marbre, lequel doit être soigneusement serré au plastique et poli au galet, avec du savon noir. 

Les peintures naturelles et enduits prêts à l'emploi
Il existe aujourd'hui une variétés d'enduits prêts à l'emploi. La compagnie Kreidezeit offre des enduits à la chaux, des stucs décoratifs et des enduits tadelakt pré-mélangés.

Les peintures naturelles sont plus que des peintures sans COV : elles ne contiennent aucun dérivé pétrochimique. À base de chaux, d'argile ou de lait végétal, ces peintures sont biodégradables.

On trouve les produits prêts à l'emploi à Montréal, chez Tockay.

 

Les coûts
N.B. Les prix ci-dessous sont approximatifs et sujets à changement.

La chaux hydratée la plus commune au Québec est la chaux Bulldog. Cette chaux se trouve facilement dans les coopératives. Elle doit être stockée dans un endroit sec,  pas plus de 6 mois. Le prix pour un sac de 22,7kg est de 12 à 13 $.

Il existe d’autres chaux qui viennent de l’Ontario ou des États-Unis comme la Mortaseal et la Bondcrete, qui peuvent être commandées via les centres de matériaux. Le prix peut varier mais tourne autour de 15$ le sac de 22,7kg. Ces chaux sont très bonnes; plus blanches et plus fines.

Finalement, il y a aussi la chaux hydratée de finition Red Top de la compagnie CGC. On peut se la procurer à Webster à Montréal, chez Bétonel et dans les magasins qui vendent les plâtres à joint. Le coût est d’environ 20$.

Il faut aussi prévoir l'utilisation de sable (en vrac ou en sac selon l'envergure du chantier), de pigments, d'outils, etc.

Les coûts du matériel sont de l'ordre de 2,50$ par pied carré pour une couche d'enduit d'une épaisseur d'environ 5 mm.

Pour des services clé-en-main (temps et matériel), on peut estimer les coûts avant taxes comme suit :

  • Enduit de base : 6 à 8 $ le pied carré (couche d'accroche et enduit)
  • Stuc : environ 15 $ par pied carré (couche d'accroche et couches de stuc)
  • Tadelakt : environ 35 $ par pied carré (couche d'accroche et traitement du tadelakt)

 

Trucs et conseils
Chaque fois que vous utilisez un enduit à la chaux accordez un grand soin aux supports : à leur rigidité, leur taux de flexion, leur perméance et leur taux d'humidité, au moment de la mise en oeuvre.

En cas d’enduits extérieurs, l'architecture doit incorporer les précautions d'usage : stabilité des supports, débordement de toiture, cadrage des ouvertures, transition aux bas des murs, etc. Les enduits extérieurs offrent une protection et une beauté authentiques aux enveloppes minérales et végétales tels les murs de ballots de paille et de crépis d'argile, les murs de pierre ou de béton. En cas d’enduits intérieurs, il faut suivre certains principes fondamentaux : les supports doivent être fixes et fermes, solides, non friables, et rugueux.

Les supports doivent s’accordés en tous points à la surface à couvrir. Il faut aussi tenir compte de la granulométrie (grosseur) du sable et de la quantité d'eau pour éviter certains problèmes comme le faïençage.  Ainsi, une couche épaisse d'enduit contenant un sable trop fin sera moins solide et faïencera. Par ailleurs, si le sable est humide, il faudra mettre moins d'eau dans le mélange. Un support souple risque de bouger ou de fissurer.

Consignes de sécurité
Vous voulez vous lancer dans l'aventure ? Voici quelques consignes de sécurité à ne pas perdre de vue.

  • Tout comme le ciment, la chaux est corrosive ; il peut, en cas d'exposition prolongée, en résulter des brûlures superficielles sur la peau.
  • Portez un masque lors de la manipulation de la poudre, des pigments secs et des sables fins.
  • L'idéal est de porter des gants de coton recouverts d'un gant de caoutchouc.
  • L'emploi de lunettes de sécurité est de rigueur pour contrer les éclaboussures.

 

Liens utiles
Sylvie Plaire, Artisane - www.sylvie-plaire.ca
Tockay - Peintures et enduits naturels - www.tockay.com

Photographies : enduits réalisés par Sylvie Plaire. Merci à Sylvie pour sa contribution à cette fiche.

Navigation

À propos La Ruche Découvrez Formation ÉcoEntrepreneur
Mission Posez une question Bois cordé Nos formations Programme d’accréditation ÉcoEntrepreneur
Historique   Chanvre    
Conseil d'administration   Cob    
Équipe   Earthship    
Rapport d'activités   Enduits à la chaux    
Contact   Paille    
    Permaculture